Investir dans l’immobilier: le point sur le marché 2015

par

Investir dans l’immobilier: le point sur le marché 2015

Alors que dans le domaine de l’immobilier locatif, notre article sur la loi Alur faisait état d’un renouveau des opportunités grâce à un plafonnement des honoraires d’agence en fonction des surfaces, l’achat et le neuf sont eux plus largement remis en question.

Un marché de l’immobilier à double vitesse

Dans le cas de l’investissement immobilier, deux situations se font face: l’investissement sur l’ancien, ou à but locatif, et le neuf. Traditionnellement valorisé, les ventes dans l’immobilier ancien sont globalement stables, avec environ 730.000 logements vendus en un an (chiffres au 1er août 2014). C’est un chiffre qui s’approche des valeurs constatées au plus fort de la bulle immobilière des années 2000, et qui permet ainsi de conserver la valeur des investissements dans l’immobilier.

En revanche, l’immobilier neuf est en forte régression: -5% sur trois mois, avec un volume d’échange estimé à 73.000 logements (soit 50% du nombre de logements anciens échangés sur la même période).

Une pression fiscale à l’origine du ralentissement des constructions

Avec une pression de plus en plus élevée sur le foncier, trouver un terrain pour construire une maison ou un immeuble (dans le cas d’un promoteur) est ainsi devenu de plus en plus difficile. S’y ajoute une hausse des coûts de construction, qui a augmenté de 50% en dix ans: avec une rentabilité impossible à maintenir, les coûts ont donc été directement reportés sur le prix d’achat, mais pas dans leur totalité. Investir dans le neuf est donc pour l’instant une meilleure option, car les nouvelles normes de construction se retrouveront à l’usage plus économique (fenêtres bien isolées, chauffage écologie, etc).                                                                                                           Alors que, fin août, le Premier Ministre Manuel Valls annonçait un plan de relance ayant pour but de favoriser la cession de terrains à bâtir et l’accession à la propriété, aucune évolution n’a été constatée jusqu’à présent.

Une progression sur l’immobilier de résidence

Seniors, étudiants, touristes: après la capitale, l’engouement pour ces niches immobilières se confirme dans toute la France. Avec une progression de plus de 15% malgré un volume faible (5.800 logements construits en 3 mois), il s’agit du secteur le plus dynamique de l’investissement immobilier. Une bonne nouvelle pour ces populations, dont le besoin en opportunité de location est le plus élevé.

 

Déposer un commentaire

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire.