Immobilier : coup de projecteur sur l’assurance du crédit

par

Immobilier : coup de projecteur sur l’assurance du crédit

Vous êtes sur le point d’effectuer un prêt immobilier ou vous comptez en faire un ? Une condition que tout organisme de prêt immobilier demande est la garantie que son prêt soit sécurisé même si son emprunteur venait à perdre son emploi, deviendrait invalide ou encore venait à décéder.

C’est là qu’intervient l’assurance crédit dans le cadre d’un emprunt immobilier. L’institution financière qui accorde le prêt immobilier demande impérativement, lors de la constitution du dossier, une assurance prêt immobilier. Sans cette assurance, le prêt peut être refusé au demandeur. Toutefois la loi Lagarde stipule qu’il est possible pour l’emprunteur de choisir la formule d’assurance prêt immobilier.

Comment choisir son assurance de prêt immobilier ?

Il faut d’abord déterminer le nombre d’emprunteurs à assurer. En effet si par exemple lors de votre emprunt vous répartissez les charges de l’achat de votre maison avec votre conjoint(e), il est possible d’établir une quotité entre les deux emprunteurs, c’est-à-dire que l’assurance peut être répartie sur l’ensemble, la moitié, ou en fonction des revenus de chacun.

Ensuite, afin de comparer les offres d’assurance entre elles, il faut tenir compte de certains critères. Il faut voir quelles sont les garanties qui sont mises à la disposition de l’assuré : concernent-elles le décès, le chômage ou une invalidité et à quel niveau. Au mieux les trois sont pris en charge. La franchise est également à tenir en compte car il s’agit d’une sorte de restant à charge, veillez donc à ce qu’elle soit minimale. Il faut déterminer si le paiement des mensualités se fera  intégralement ou uniquement une partie des mensualités est prise en charge par l’assurance.

L’assurance emprunteur est limitée dans le temps. Elle prend effet à la signature de l’offre de prêt ou au déblocage des fonds et prend fin avec la fin du prêt. Cependant pendant le délai de carence qui suit l’adhésion et de durée variable, la franchise, et hors de la durée maximale d’indemnisation, l’assuré n’est pas indemnisé. Lors de l’établissement du contrat il convient de bien définir quelles sont les clauses d’exclusion pour lesquelles l’assureur ne peut indemniser l’assuré afin de ne pas être surpris en cas et lieu.

Déposer un commentaire

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire.